La Coupe du Monde approche. Dans 8 jours, l’équipe de France défiera l’Australie pour son premier match dans le groupe C. Dernier test avant l’entrée en matière, la rencontre face aux États-Unis samedi soir au Groupama Stadium revêt donc un enjeu particulier : celui de devenir le onze qui débutera le Mondial. Car historiquement, Didier Deschamps a toujours aligné lors de l’ultime match de préparation une équipe très proche de celle en compétition, ce qu’il a confirmé en conférence de presse.

« Elle est censée être proche. Elle sera proche. Mais ce ne sera pas forcément la même », a-t-il glissé. Un ou deux changements maximum seront donc possibles entre les deux équipes de départs, face aux USA et à l’Australie. Et on peut émettre un avis sur les postes qui sont en ballottage même si Deschamps s’en est défendu. « La concurrence est pour tout le monde à tous les postes. Mes choix ont été difficiles pour faire la liste des 23. Pour les 11, ce n’est pas simple non pus. J’ai des options différentes. C’est la haute compétition. Les joueurs sont habitués à cette concurrence. Elle concerne tous les joueurs, des plus expérimentés aux plus jeunes ».

Paul Pogba sous la menace Corentin Tolisso

Si Deschamps mentionne les plus expérimentés, c’est aussi parce que des joueurs comme Paul Pogfba pourraient être concernés. Selon les informations de L’Équipe, il devrait être titulaire samedi soir à Lyon, dans un milieu à trois avec Kanté et Matuidi. Mais Tolisso pousse fort derrière, et rien ne dit que le joueur du Bayern Munich ira s’asseoir sur le banc de touche contre l’Australie si jamais Pogba ne convainc pas contre les États-Unis. D’autant qu’il avait été globalement décevant contre l’Italie. « Il en a conscience, j’en ai parlé avec lui, ce n’est pas son meilleur match. Il y a du négatif, du positif. Il rentre dans le collectif, là où l’équipe a besoin de lui, avec une certaine liberté bien évidemment. Il sait que ce n’est pas son meilleur match. Ça reste un match de reprise pour lui », a glissé Deschamps.

S’il n’y a pas vraiment de doutes sur la défense type (Sidibé, Varane, Umtiti, Mendy), le débat reste ouvert en attaque. A priori, contre les USA, Deschamps va aligner Mbappé, Giroud et Griezmann, dans un 4-3-3 qui pourrait devenir un 4-4-2 en losange avec Griezmann sous la doublette Giroud-Mbappé. Ousmane Dembélé semble donc être le joker de luxe que Deschamps se réservera durant la compétition. À moins que la dernière rencontre de préparation lui apporte d’autres certitudes...